Cinq Signes d’une Relation Dysfonctionnelle

par: Jennifer Berbrier, M.A., TCF

Si vous vivez plus de turbulences émotionnelles que d’épanouissement ou si votre temps à deux est plus destructif que relation dysfonctionelleconstructif, vous vivez sans doute une relation dysfonctionnelle.Il existe différents types de relations dysfonctionnelles, mais presque toutes s’enracinent dans l’enfance. Les personnes qui ont grandi dans un milieu tumultueux manquent souvent de modèles de relations positives. Elles finissent souvent par reproduire leurs modèles dysfonctionnels dans leurs relations amoureuses.

Souvent, les problèmes personnels peuvent aussi y contribuer. Après tout, le parcours d’une relation solide et saine dépend beaucoup de notre connaissance de soi, de notre sentiment de sécurité et de notre état de santé mentale. Peu importe la qualité d’une relation, elle ne peut jamais compenser le sentiment d’être malheureux. S’attendre à ce que notre partenaire nous rende heureux peut amener à la déception et à des habitudes dysfonctionnelles.

Viser la perfection n’est pas non plus une solution, puisqu’aucun couple n’est parfait. Pour résister même aux plus grandes tempêtes, misez plutôt sur un désir authentique et mutuel de communiquer respectueusement.

Cinq signes d’une relation dysfonctionnelle

1. Un niveau élevé de conflits

Une communication destructive débute une escalade interminable. Imaginez une conversation qui commence ainsi : « Le problème avec toi c’est… » ou « Pourquoi es-tu toujours si égoïste ? ». L’intensification des commentaires négatifs est facile à imaginer pour la suite. Bien sûr, les relations sans conflits n’existent pas. Les recherches démontrent que seulement 31 % des conflits sont résolubles. Alors, ce dont les couples ont le plus besoin est une attitude de pardon, d’outils de résolution de conflits et d’habiletés de communication. C’est sans doute une des caractéristiques principales d’une bonne relation

Donc, le danger N’EST PAS le conflit comme tel, mais la scission qui peut s’ensuivre. Si vous n’affrontez pas vos problèmes, vous pouvez vous retrouver dans un cercle vicieux et répéter les mêmes disputes. La dysfonction se nourrit de la difficulté à rétablir le contact, à résoudre les problèmes ou de la tendance à tout simplement les ignorer.

2. Le déséquilibre des pouvoirs

La hiérarchie des pouvoirs peut se manifester de différentes façons : un des deux partenaires prend la plupart des décisions, montre peu de respect à l’autre, ne fait aucun compromis ou, à l’inverse, n’ose pas s’exprimer honnêtement. Si vous y reconnaissez votre relation, vous vivez probablement un déséquilibre des pouvoirs. Souvent, un des époux est plus exigeant que l’autre, qui lui s’éloigne. Ce dernier a l’impression d’être ignoré et d’avoir peu d’influence.

Dans une relation saine, les deux partenaires se disputent le pouvoir lors d’un conflit. La relation est dysfonctionnelle lorsque le pouvoir et le contrôle prennent le dessus sur l’amour et le respect.

3. Le détachement émotionnel

Nous avons besoin d’une sécurité émotionnelle pour bien grandir dans une relation. Lorsque vous savez communiquer et écouter, vous êtes en mesure de créer une relation où existent une sécurité et une confiance émotionnelle ainsi qu’une intimité florissante. Le stress et les obligations de nos temps modernes nous éloignent parfois. Certains couples arriveront à se retrouver et guérir, et d’autres resteront chroniquement désengagés et auront besoin d’aide pour reformer le lien.

Ne pas être en phase avec ses émotions peut être particulièrement destructif si un partenaire tente un rapprochement et, qu’au lieu d’y porter attention, l’autre se détourne. Par exemple, un soir où un des conjoints semble triste, l’autre regarde la télévision plutôt que de lui offrir son écoute. La présence émotionnelle, un réel intérêt pour l’autre et un souci du bien-être de l’autre font tous partie d’une relation fonctionnelle. Un partenaire qui arrête de se soucier de la relation et de lutter pour sa survie est un signe sérieux de dysfonction.

4. Le blâme

Les couples malheureux, insatisfaits et frustrés jettent le blâme sur l’autre pour les problèmes dans leur relation. À l’inverse, les conjoints qui prennent une responsabilité personnelle pour régler les problèmes dans leur couple sont ceux qui ont les meilleurs résultats sur le plan de la satisfaction conjugale.

Prendre sa part de responsabilité est une des clés d’une relation heureuse. Cela signifie que si votre partenaire va trop loin, vous agissez pour régler le problème plutôt que de couvrir l’un ou l’autre de culpabilité. Si, tous les deux, vous prenez la responsabilité de votre rôle et que vous sentez avoir une part à jouer dans le bonheur de l’autre, vous réduirez les chances de dysfonction.

5. La rancœur

Un grand ressentiment au sein d’une relation agit comme un poison qui amène souvent à une communication nocive. Il se faufile dans vos interactions au quotidien et entrave la réparation.

Une rancœur prolongée dégrade votre perception de la relation. Elle est souvent rattachée à l’orgueil, à l’identité et aux valeurs. S’en détacher semble impossible. Elle doit d’abord être comprise. Demandez-vous ce qui engendre ce sentiment. Les raisons viennent-elles du passé ? Souvent, la rancœur émerge lorsque certaines valeurs ou croyances fondamentales sont menacées. Essayez de vous concentrer sur vos propres sentiments afin de comprendre ce que le problème représente pour vous.

Comment réparer une relation dysfonctionnelle

En conclusion, nous ne pouvons pas complètement éviter les conflits, les cassures, les luttes de pouvoir, le blâme, ni même le ressentiment au sein d’un couple. Cependant, nous pouvons contrôler notre attitude et notre état d’esprit. Cultivez la compassion, donnez priorité à votre relation et prenez part au bien-être de votre conjoint. Ces quelques habitudes vous aideront grandement à construire une relation fonctionnelle, saine et affectueuse.

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé dans le seul but de ne pas alourdir le texte et qu’il désigne aussi bien les femmes que les hommes.