Que signifie le diagnostic de schizophrénie?

La schizophrénie est un trouble de santé mentale qui affecte la perception de la réalité chez la personne atteinte. Apprenez-en davantage sur les épisodes schizophréniques, les signes et les traitements.

La schizophrénie est une maladie qui modifie la façon dont une personne perçoit, ressent et catégorise ce qui l’entoure.

Comme de nombreux autres troubles mentaux, la schizophrénie est rattachée à des préjugés injustes pour ceux qui en souffrent. Il faut se rappeler que notre expérience de la réalité est subjective et intimement reliée au fonctionnement de notre cerveau. Nous avons tous une perception « par défaut » de la réalité. Si vous avez faim ou être fatigué, cette perception en sera modifiée. Cependant, vous pourriez probablement identifier la faim ou la fatigue comme étant responsable de ce changement.

La schizophrénie est une maladie mentale où le cerveau forme des associations non-fondées. Elle met en relation des idées, des évènements et des sentiments qui n’ont pourtant aucun lien entre eux. Pour cette raison, il est difficile pour une personne schizophrène de garder contact avec la réalité, ce qui l’isolera de ses amis et de sa famille. Cela débouchera potentiellement vers d’autres conséquences malheureuses telles que la toxicomanie, la dépression, l’anxiété et le manque de soutien.

Comment reconnaître la schizophrénie?

La schizophrénie se manifeste par épisode. Une personne schizophrène vivra généralement son premier épisode au début de la vingtaine. Un épisode peut survenir rapidement ou lentement, changeant la perception et les réactions de la personne face à la réalité ou à son identité. C’est ce que l’on appelle une psychose. À l’apogée de la psychose, on peut retrouver des délires et des hallucinations visuelles ou auditives (avoir des visions ou entendre des voix). Durant l’épisode psychotique, les pensées, les comportements et les certitudes de la personne (exemples : être convaincu de pouvoir voler ou d’être la cible d’une conspiration) sembleront décalés pour l’observateur.

IMPORTANT!

Lorsqu’une personne a vécu plusieurs épisodes psychotiques, elle est sujette à en vivre d’autres. Les recherches démontrent que plus tôt une personne débutera un traitement pour sa maladie, plus grandes seront les chances de réduire l’effet de futures psychoses.

*Les psychoses ne sont pas nécessairement toujours associées à la schizophrénie. À l’annonce d’un épisode, l’hospitalisation sera recommandée afin de stabiliser la personne et d’entreprendre des démarches d’évaluation, de thérapie, de réhabilitation et de rétablissement.

Les signes précurseurs de la schizophrénie :

  • Retrait soudain ou progressif des activités sociales
  • Dépression ou manie
  • Difficultés reliées au sommeil
  • Entrain ou manque d’énergie qui semble hors contexte
  • Expression inappropriée des émotions
  • Paranoïa et méfiance
  • Associations et affirmations étranges
  • Difficultés de concentration
  • Diminution des soins d’hygiène personnelle ou des soins personnels en général
  • Difficulté à prendre soin de soi-même et de fonctionner dans toutes les sphères de la vie (école, travail et relations)
  • Hallucinations auditives ou visuelles
  • Délires
  • Désorganisation du discours et de la pensée
  • Apathie apparente (peu de paroles et manque d’émotivité)

Veuillez noter : Seul un psychologue ou un psychiatre formé et agrée peut diagnostiquer la schizophrénie. Si vous montrez, ou qu’une personne de votre entourage montre, plusieurs des symptômes ci-dessus pendant plus de 30 jours, allez à l’hôpital ou cherchez l’aide d’un psychothérapeute. Faîtes appel à un de nos psychothérapeutes pour élaborer un plan de thérapie ou à un de nos psychologues afin qu’il procède à votre évaluation.  Cliquez ici pour prendre rendez-vous.

What Does a Schizophrenia Diagnosis Mean

Schizophrenia is a complex disorder: managing it requires treatment and follow-up.

Peut-on traiter la schizophrénie?

Oui. Bien que l’on ne puisse pas encore guérir de la schizophrénie, les perspectives sont positives. Contrairement à la croyance que la schizophrénie est intraitable, plusieurs personnes souffrant de cette maladie grave réussissent à atteindre un bien-être mental. Le traitement consiste à maintenir l’équilibre entre les éléments suivants : un réseau d’aide dynamique, une psychothérapie ou un autre type de thérapie à long terme, un style de vie sain, un système de reconnaissance des déclencheurs et des signes annonciateurs des épisodes et, pour plusieurs, la prise d’antipsychotiques.

Suite à un épisode schizophrénique

Ce qui contribuera le plus au rétablissement est la notion que malgré un diagnostic de schizophrénie, vous demeurez une personne à part entière, dissociée de la maladie et capable de la gérer. La schizophrénie ne définit pas qui vous êtes. Elle est seulement une maladie. Tout comme une personne ayant un handicap physique, vous devrez porter une attention particulière aux symptômes afin de les reconnaître et de minimiser la souffrance ainsi que la douleur.

Facteurs de rétablissement suite à une psychose :

  • Renoncer à l’utilisation de drogues et d’alcool
  • Dissocier son identité et sa vie de la maladie
  • Adopter de bonnes habitudes de sommeil et d’alimentation
  • Former un réseau d’aide qui ne juge pas
  • Informer et soutenir la famille
  • Participer à un groupe de soutien et échanger avec d’autres personnes atteintes de la schizophrénie
  • Entreprendre une thérapie individuelle pour apprendre des stratégies d’adaptation et favoriser la compréhension des sentiments, des expériences et des peurs
  • Obtenir de l’aide pour surveiller vos symptômes et pour acquérir des habiletés de gestion de la maladie
  • Reconnaître les signes annonciateurs et les déclencheurs possibles d’une rechute, et obtenir de l’aide immédiate
  • Faire appel aux ressources communautaires telles que des ateliers de formation au travail ou d’autres programmes de vocation et d’intégration sociale

* Communiquez avec un de nos psychothérapeutes afin d’obtenir de l’aide pour la gestion des symptômes et l’élaboration d’un plan de traitement.

Comment réagir lorsqu’on est témoin d’un épisode schizophrénique

Les symptômes d’un épisode schizophrénique sont propres à chacun. Il est important de ne pas juger la personne durant un épisode et de ne pas lui dire que sa perception de la réalité est erronée. Pour elle, sa perception est bien réelle et affirmer le contraire ne l’aidera en rien. Cela contribuerait seulement à la stigmatiser et l’isoler davantage, ce qui diminuerait les chances qu’elle se présente à un hôpital ou entreprenne une psychothérapie volontairement.

Si vous désirez aider une personne durant une psychose ou établir un contact avec elle, concentrez-vous sur ses sentiments face aux hallucinations ou aux délires, sans discuter des hallucinations elles-mêmes. Faîtes attention de ne pas argumenter et de ne pas vous montrez condescendant. Parlez plutôt de vos intérêts communs ou proposez une activité inoffensive telle que jardiner, jouer aux cartes ou faire du sport. Il est essentiel d’avoir un esprit ouvert et d’être encourageant. Aidez la personne à entreprendre dès que possible une démarche d’apprentissage, de réhabilitation et de reprise de contrôle.

Que signifie « entendre des voix »?

Bon nombre de personnes atteintes de schizophrénie ont rapporté avoir entendu une voix menaçante ou rassurante dans leur tête.  Dans notre culture moderne, nous pourrions représenter la situation par un ange et un démon nous soufflant des paroles à l’oreille.  Les hallucinations auditives intensifiées sont souvent incontrôlables et varient d’une personne à l’autre.

Les voix peuvent sembler venir de l’intérieur ou de l’extérieur, donnant l’impression de la présence d’un autre être. L’hallucination peut également être non-auditive, ou se présenter comme un goût ou une odeur.  Certaines voix commandent la personne, d’autres entretiennent le dialogue ou encore, parlent à la troisième personne du singulier. Les voix menaçantes peuvent empêcher une personne d’en parler par peur de représailles ou de stigmatisation.

Reconnaître l’existence des voix est la première étape du traitement. Les récentes recherches démontrent qu’il est inutile d’ignorer les voix et que la médication ne peut les éliminer. La compréhension de la relation entre la personne et ses voix est l’élément clé pour apprendre à les affronter. L’objectif est de garder une distance entre la personne et ses voix, de les écouter, de les explorer avec prudence et de tranquillement prendre le dessus.

Une personne qui apprend à ne pas être contrôlée par ses voix peut leur trouver un sens. Les recherches indiquent que lorsque cette avenue est empruntée, ces voix peuvent devenir positives et significatives pour la personne et même contribuer à l’atteinte d’un équilibre. Une psychothérapie à long terme avec un de nos professionnels pourra diriger une personne au cours cette démarche.

Ce qu’il est essentiel de savoir sur la schizophrénie

  • Les antécédents familiaux, la toxicomanie, ainsi que le stress émergeant de l’environnement contribuent à l’évolution de la schizophrénie.
  • Toute psychose n’est pas nécessairement associée à la schizophrénie.
  • La consommation de drogues et d’alcool est souvent utilisée pour s’auto-soigner. Le cas échéant, le plan de psychothérapie ou de rétablissement devra en tenir compte.
  • La stigmatisation doit être combattue. Les symptômes de la schizophrénie rendent les relations difficiles, ce qui provoque une réaction en chaîne : isolation sociale, sentiment d’exclusion, abandon des groupes de soutien, formation d’une identité négative et embûches au rétablissement.
  • Il faut prendre la schizophrénie pour ce qu’elle est : une maladie qui peut être contrôlée.
  • Une personne schizophrène est plus sujette au suicide que les autres.
  • Dans une majorité de cas, le traitement nécessite une médication régulière et continue. Cependant, elle comporte des effets secondaires et ne contribuera pas à l’acquisition de stratégies d’adaptation saines. Pour cette raison, une psychothérapie ou un autre service d’accompagnement à long terme sont cruciaux pour un rétablissement.
  • Il est important de parler ouvertement et régulièrement de sa médication avec son médecin et son psychothérapeute.
  • La démarche en psychothérapie et la médication devront être maintenues une fois la personne stabilisée afin de prévenir une rechute.
  • La médication antipsychotique comporte des effets secondaires. Il faut s’en informer et en parler avec son médecin.
  • La prise de vitamines et d’autres suppléments peut s’avérer très bénéfique.
  • Il peut être difficile pour les membres d’une famille de s’occuper eux-mêmes d’un de leurs proches. La famille devra s’assurer d’obtenir l’aide et le soutien qu’il lui faut et de s’informer sur la maladie.

Un de nos psychothérapeutes pourra vous soutenir dans l’élaboration de stratégies d’adaptation et dans votre démarche de rétablissement, La psychothérapie peut également accompagner la famille. Cliquez ici afin de prendre un premier rendez-vous.

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé dans le seul but de ne pas alourdir le texte et qu’il désigne aussi bien les femmes que les hommes.