Qu’est-ce que la psychose ?

La psychose, aussi appelée trouble psychotique, se caractérise par une désorganisation de la pensée et de la parole, des hallucinations, des délires ou un comportement moteur anormal. On observe aussi d’autres symptômes négatifs comme l’atténuation des émotions, l’apathie, la perte de motivation et le manque d’intérêt pour les activités sociales. Le trouble psychotique bref est l’un des principaux troubles qui se manifestent par des symptômes psychotiques. Le trouble de la personnalité schizotypique, le trouble délirant, le trouble schizophréniforme, la schizophrénie, le trouble schizoaffectif, et d’autres troubles causés par certaines médications ou d’autres substances sont également associés à la psychose.

Prévalence

La prévalence varie selon le type de trouble psychotique. Elle diffère également s’il s’agit d’un premier épisode ou d’un épisode subséquent. La prévalence du trouble psychotique bref est de 9 % pour un premier épisode. Il est plus souvent reporté chez les femmes que chez les hommes.

Signes et symptômes

Un délire est une croyance inébranlable malgré l’évidence du contraire. Parmi les exemples les plus courants, on retrouve la conviction d’être persécuté, d’être jugé par les autres, d’avoir des aptitudes exceptionnelles, d’être riche, d’être célèbre, de souffrir de problèmes de santé, d’être l’objet de l’amour des autres, ou d’être menacé par une catastrophe majeure. Dans certains cas, le délire semble très étrange et complètement détaché de la réalité ; dans d’autres, les préoccupations semblent réelles (bien que supportées par aucune évidence).

Des hallucinations (perceptions sensorielles vécues seulement par la personne affectée) peuvent se produire durant un délire. Elles sont généralement auditives (entendre des voix), visuelles (voir des choses que personne d’autre ne voit) ou tactiles (sentir des choses qui ne sont pas présentes).

La désorganisation de la pensée et de la parole se caractérise par des pensées et des paroles qui semblent hors contexte. La désorganisation est telle qu’elle dégrade la communication avec les autres.

Le comportement moteur anormal est marqué par une conduite motrice enfantine et une agitation imprévisible. Ces comportements auront des répercussions négatives sur le fonctionnement quotidien. Certaines personnes ont un comportement catatonique, c’est-à-dire une diminution ou un ralentissement important du mouvement. Dans certains cas, la personne adopte une posture étrange. Chez d’autres personnes, on observe des mouvements excessifs ou stéréotypés, comme le regard fixe, des grimaces, le mutisme ou la répétition des paroles des autres.

Traitement

Lorsque la psychose fait partie d’un autre trouble (telle que la schizophrénie) ou que les symptômes sont importants, la personne atteinte doit être traitée tout au long de sa vie, et ce, même si sa situation s’améliore. La psychothérapie et la médication sont généralement des traitements efficaces. Cependant, l’hospitalisation est nécessaire dans certains cas extrêmes. Le diagnostic et la prescription de médication sont faits par un psychiatre. Le suivi psychothérapeutique peut être assuré par un psychiatre, ou par une équipe de traitement composée d’un psychologue ou d’un autre professionnel en santé mentale. La médication comprend habituellement des antipsychotiques. À la psychothérapie individuelle, un suivi en thérapie familiale peut s’ajouter pour favoriser le travail d’équipe lors de l’apparition des symptômes.

 

DSM-5 Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders 5

Mayo Clinic: Mayoclinic.org

Ressource vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=YzDMl9cxwe8