Que laisse présager votre « histoire d’amour »?

Votre histoire d’amour, et la façon dont vous et votre conjoint la racontez en dit autant sur votre passé que sur votre avenir à deux. Votre histoire est-elle solide ou chancelante ?

Traduction d’un extrait reproduit avec l’autorisation de Psychology Today.

Quiz - Bids for Connection

Quiz – Les soumissions pour la connexion

La prochaine fois que l’on vous demandera de raconter votre histoire d’amour, soyez attentif. Votre narration et celle de votre conjoint donnent des indices importants sur la santé de votre relation et sur sa résistance à long terme.

Était-ce le coup de foudre pour vous deux? Vous vous êtes peut-être croisés maladroitement dans une allée d’épicerie et avez longuement parlé de pamplemousses. L’avez-vous rencontrée à une fête où vous avez aimé son calme quand vous avez renversé votre verre sur elle? Ou croyiez-vous que ce n’était pas fait pour durer?

Les couples mariés sont souvent invités à raconter leur première rencontre ou leur premier rendez-vous galant. La plupart du temps, l’histoire est dite en toute simplicité, et pourtant elle est incrustée d’éléments tellement plus importants qu’un banal récit romantique. Elle contient des indices précieux sur les forces et les faiblesses de la relation. Peu importe les détails réels de nos débuts, notre perception est un indicateur étonnant à la fois du bien-être actuel de notre relation et de son avenir.

Ces récits ont ce pouvoir de prédiction parce qu’elles décrivent bien plus que les évènements passés. Ils révèlent nos sentiments actuels face à ce passé. Selon John Gottman, docteur en psychologie, lorsque le mécontentement s’installe entre deux époux, ils reformulent leur histoire sous un jour négatif.

Lors d’une rencontre de l’American Psychological Society en 1995, après avoir écouté 52 couples raconter leur histoire, Gottman s’est déclaré capable de prévoir avec une exactitude de 94 % les relations vouées à l’échec et celles destinées à un long avenir.

Lorsqu’une relation commence à se déprécier, il est difficile de freiner la dégringolade sans un véritable travail. Certains conjoints endurent une relation insatisfaisante bien longtemps avant d’envisager la séparation. Avec le temps, la solitude s’installe et les époux mènent des existences parallèles, ce qui les rend plus réceptifs à l’attention des autres.

La dégringolade entraîne un renversement perceptuel, mais on ne sait pas en prévoir le moment exact. Les déceptions reviennent plus facilement à l’esprit que les frissons d’excitation. Les tendres souvenirs d’une somptueuse lune de miel à Hawaï cèdent leur place au retard inacceptable du conjoint au premier rendez-vous galant.

Que la reformulation du récit romantique soit soudaine ou graduelle, le point décisif est lorsque le mépris émerge. Quand des traits de caractères d’un conjoint deviennent insupportables pour l’autre, il est extrêmement difficile de renverser la tendance.

Dans un mariage stable, « les conjoints parlent de leur relation de manière très positive », indique Gottman, également professeur de psychologie à l’Université de Washington. « Ils se souviennent très bien de leur rencontre et de divers périodes de leur mariage. Ils complètent les phrases de l’autre. L’accent est mis sur le consensus et la concertation. On observe beaucoup de signes d’affection spontanés l’un envers l’autre », ajoute-t-il.

Ce n’est pas tout. Gottman cerne sept éléments du récit de la rencontre amoureuse qui donnent des renseignements cruciaux sur l’état de la relation. Alors, la prochaine fois que votre amoureux et vous dessinerez le portrait de votre vie à deux, voici sur quoi porter votre attention.

La déception et la désillusion

Dans le récit d’une histoire amoureuse, ce qui annonce une séparation imminente avec le plus de certitude est la désillusion du mari. C’est pourquoi une femme aurait avantage à tendre l’oreille à ce que son mari lui raconte. Les maris mécontents de leur relation expriment clairement leur déception. Dans l’étude, l’un d’eux a révélé : « J’aurais aimé qu’on attende plus longtemps avant de se marier. Personne ne m’avait dit à quel point ce serait difficile. C’était une décision émotionnelle, peu rationnelle. »

L’affection

Les couples heureux parlent fréquemment des qualités qu’ils admirent chez l’autre. Si votre mari vous complimente sur votre audace, ou votre femme vous dit à quel point elle était fière lorsque vous avez obtenu votre diplôme en droit, par exemple, votre couple se porte bien.

La tendresse donne une couleur à nos mots. Un homme, à qui on avait demandé de raconter son jour de mariage, a affirmé : « C’était génial. Midge n’aura jamais été aussi jolie que lorsqu’elle a descendu l’allée vêtue de sa robe blanche. »

Ceux qui ont une opinion positive de leur relation ont tendance à dédramatiser les moments difficiles et à souligner les bons. Ils se souviennent des plaisirs, pas des disputes. « Lors de notre deuxième anniversaire de mariage, nous sommes allés sur l’île. Il m’a tellement gâtée. Toutes nos marches sur la jetée étaient paisibles et romantiques », se remémore une femme.

Les couples dont la relation se dégrade se rappellent difficilement des moments partagés, et leur récit est vague et inanimé. Ces conjoints ne se souviennent plus de leur chanson de mariage ni de leur premier Noël ensemble. « Les moments heureux sont plutôt rares puisqu’on n’a jamais d’argent ni de temps pour l’autre. Nous passons un peu de temps avec les enfants ou avec la famille, et c’est tout », affirme une épouse.

La négativité

Si la critique s’installe dans le récit du couple, c’est un mauvais signe. Une femme particulièrement mécontente parle de son mari : « Il n’a pas changé du tout. Il s’attend toujours à ce que je fasse tout le ménage et cuisine tous les repas. »

Puisque la négativité déteint sur le passé, les couples en péril peuvent même se contredirent sur le début de leur relation. Une femme affirmait que son mari l’avait surprise par derrière dans un bar, alors que celui-ci jurait qu’elle n’avait pas eu peur et qu’il l’avait seulement approchée pour lui demander d’aller prendre un café.

« Je croyais qu’il était quelqu’un d’autre quand il m’a appelée et m’a invitée à sortir, déclare une autre épouse. Je ne sais pas ce qui m’attirait chez lui ».

Le récit ou le non-récit

Il est agréable pour la majorité des époux de parler de leur mariage, mais beaucoup moins tentant pour ceux dont la relation est incertaine. Cette réticence est donc un mauvais présage. Alors que les couples épanouis sont heureux de raconter leur histoire, ceux qui battent de l’aile font des remarques comme : « Je garde mes pensées pour moi. J’ai toujours été ainsi et le serai toujours. »

En plus d’être enjoués et détendus, les conjoints qui vivent une relation heureuse valident les sentiments de l’autre. Un mari a expliqué que son épouse et lui avaient pris le temps de bien se connaître et de bâtir leur relation. Sa femme acquiesça : « Oui, c’était du temps de qualité. Encore aujourd’hui, nous en avons. Notre prudence en a vraiment valut la peine. »

Le « nous » ou le «je »

Bien que votre couple ne doive pas nécessairement être fusionnel pour être réussi, il n’est pas mauvais de le percevoir comme une unité. Les couples durables parlent d’eux au « nous » et qualifient leurs décisions et objectifs de « communs ». Gottman raconte qu’un des couples en difficulté interviewés n’avait pas une seule fois prononcé le mot « nous ». « Le seul moment où il était question de leur pluralité est lorsqu’ils parlaient de leurs enfants. Alors, ils disaient « nos enfants ». C’était saisissant de constater à quel point ils étaient séparés l’un de l’autre », a-t-il expliqué.

Ces époux vont parfois reprendre l’autre quand il exprime une idée d’union. Par exemple, si l’un raconte une période difficile pour le couple, l’autre répondra : « Parle pour toi. J’appréciais cette période de notre vie. Je sais qu’elle est empreinte de malheur pour toi mais pour moi, c’est tout le contraire. »

Les couples unis soulignent que leur envie d’être ensemble ne s’est pas essoufflée. « Nous nous sommes soutenus, nous avons tourné une oreille sourde à nos familles et avons fait ce qui nous semblait bon, affirme un conjoint. Peu importe ce qu’en disait la Bible, nous nous aimions véritablement. »

Le Chaos

Les conjoints d’une relation tendue ne peuvent pas cacher le désordre qui règne dans leur vie. Ils racontent des histoires remplies d’épreuves et de problèmes inattendus. « La vie a été éprouvante ces dernières années. J’ai dépensé toutes mes énergies à nourrir ma famille. »

Ces couples parlent de chômage, de grossesses imprévues, de la désapprobation de leur famille et d’ennuis financiers. Ils vont parfois jusqu’à dire qu’ils ne savent plus très bien pourquoi ils se sont mariés. Un homme a répondu à la question en disant : « J’ai grandi avec l’idée que je devais un jour me marier. »

Célébrer les épreuves

Nos histoires se qualifient autant par leur déroulement réel que par le regard qu’on leur porte. Les couples heureux vivent habituellement les mêmes épreuves que les couples insatisfaits, mais plutôt que de s’en plaindre, ils les glorifient. Cela démontre bien leur croyance que, malgré tout, les bons côtés du mariage éclipsent les inconvénients. « C’est le travail le plus difficile que vous aurez à faire, mais ça en vaut la peine », affirme un mari.

Une femme raconte : « Ces dernières années ont été dures, ne sachant pas si mon mari aurait un emploi et perdant des amis. Nous nous en sommes sortis. C’était éprouvant, mais nous avons réussi ensemble ». Donc, la prochaine fois que vous écouterez le récit de votre propre histoire, soyez à l’affût des paroles optimistes. Elles peuvent annoncer la suite de votre histoire.

Nous gardons tous en tête les histories de nos relations. Ces récits changent constamment au gré de nos émotions. Ils déteignent à la fois sur nos sentiments présents et sur notre façon d’agir avec notre conjoint par la suite. Ils distinguent les conjoints remplis de regrets de ceux qui ont de grands espoirs pour l’avenir.

Alors, allez-y : décrivez la rencontre inattendue ou l’amitié devenue amour qui a précédée vos fiançailles. Mais cette fois-ci, ne vous contentez pas de raconter. Écoutez aussi.

 

Si vous voulez solidifier les bases de votre histoire amoureuse en apprenant à régler les conflits qui vous séparent et en retrouvant l’intimité qui vous unit, obtenez l’aide d’un thérapeute de couple spécialiste des fondements d’une relation saine. Communiquez avec le Centre de thérapie de Montréal pour une psychothérapie individuelle, conjugale ou familiale, en personne ou en ligne..

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé dans le seul but de ne pas alourdir le texte et qu’il désigne aussi bien les femmes que les hommes.