La dépression post-partum

La dépression post-partum touche de nombreuses femmes, et certains hommes, suite à la naissance de leur enfant. On peut la reconnaître par la présence de la fatigue, de la colère et de pleurs. Un traitement pourrait aider.

« Je viens tout juste d’avoir un bébé que j’aime plus que tout… Alors, pourquoi suis-je si déprimé? »

De nombreuses femmes ressentent une baisse d’entrain ou vivent la dépression durant la grossesse, suite à  l’accouchement ou durant la première année de vie de leur enfant. Cette déprime affecte également certains hommes. Les baby-blues, aussi appelé « syndrome du troisième jour », ou une baise d’entrain touchent 85 % des femmes dans les deux semaines suivant la naissance de leur enfant. On attribue cet épisode aux changements hormonaux, à un stress considérable et à la transition vers la vie de mère. Malheureusement, chez 10 à 15 % d’entre elles, la dépression persistera. Dans quelques rares cas, elle deviendra une psychose.

Pour plusieurs parents, la naissance d’un enfant marque le début d’une nouvelle vie empreinte d’un très grand stress. L’épreuve physique de l’accouchement, la perte d’indépendance, le manque de sommeil et l’attention constante requise par l’enfant amènent un profond changement chez les parents. Leur sens d’identité et leur regard sur le monde s’en trouvent modifiés.

Postpartum Depression

Post-partum depression can be unexpected and painful:      treatment can help.

Surmonter la dépression Post-partum

Il est possible d’adorer son enfant et, tout à la fois, de se sentir déprimé. Il est extrêmement important qu’une femme sente qu’elle puisse parler de sa dépression suite à la naissance de son enfant sans être considérée comme une mauvaise personne ou une mauvaise mère.

Les nouvelles mamans ont besoin d’être soutenues, et non d’être jugées. Les mères monoparentales ou n’ayant pas un bon réseau de soutien sont particulièrement à risque. Ressentir de la honte ou de la culpabilité n’aidera en rien. Soyez vigilante, en gardant en tête que cela pourrait vous arriver, surveillez votre humeur et parlez ouvertement de vos sentiments avec votre conjoint et votre famille ou cherchez l’aide d’un professionnel.

Suis-je à risque d’être touché par la dépression post-partum?

Vous serez plus susceptible d’être atteint par la dépression postpartum si :

  • Vous avez déjà souffert de la dépression.
  • Vous avez vécu des évènements stressants avant la naissance de votre enfant.
  • Vous n’avez pas un bon réseau de soutien.

Les signes de dépression post-partum

N.B : La sévérité des symptômes varieront d’une personne à l’autre. Si vous éprouvez des difficultés face à votre nouveau rôle de parent, cherchez l’aide dont vous avez besoin.

  • Impression d’être accablé de tristesse la majorité du temps
  • Colère, irritabilité et frustration démesurées
  • Sentiment d’impuissance, de culpabilité, d’insécurité ou d’incompétence
  • Sensation d’agitation ou manque d’énergie
  • Perte d’intérêt et de plaisir généralisé, même envers le bébé
  • Pleurs incontrôlables
  • Difficulté à dormir ou à s’alimenter
  • Crises d’anxiété ou de panique
  • Inquiétude démesurée pour la santé du bébé
  • Pensées alarmantes de faire mal au bébé (cherchez de l’aide immédiatement)
  • Pensées suicidaires (cherchez de l’aide immédiatement)

*Important : Si vous sentez que votre état dépressif ou celui de votre conjoint affecte votre capacité à prendre soin de l’enfant et que celui-ci est en danger, demandez immédiatement l’aide des services à l’enfance et à la famille.

Conseils et rappels sur la dépression post-partum

  • Devenir parent est exigeant. Soyez clément envers vous-mêmes. Il n’existe pas de parents, de naissances, de relations, ni d’enfants parfaits.
  • Les nouveaux parents tirent généralement profit d’une thérapie de couple pour surmonter le stress relié au bébé et adapter leur vie romantique et leur intimité à leur nouveau rôle.
  • Obtenez l’aide dont vous avez besoin : joignez-vous à un réseau de femmes nouvellement mères ou à un groupe de soutien.
  • Alimentez-vous bien et faîtes de l’exercice.

Consultez des stratégies d’aide personnelle à la dépression en cliquant ici.

Comment Aider un conjoint touché par la dépression post-partum ?

  • Faîtes-vous des attentes réalistes, d’une journée à l’autre, quant aux capacités de la personne.
  • Rappelez-vous que chaque parent et chaque enfant est unique. Ne comparez pas votre conjoint ou votre enfant à d’autres.
  • Sachez qu’une personne atteinte par la dépression post-partum aura envie de passer beaucoup de temps seule. Ne le prenez pas personnellement, ce n’est pas à cause de vous.
  • Offrez de l’aide pour les responsabilités quotidiennes et les soins à l’enfant (incluant les boires la nuit). Demandez l’aide d’amis, de membres de la famille ou de voisins.
  • Planifiez des sorties entre amoureux et encouragez votre partenaire à faire des activités qui lui feront du bien.
  • Gardez en tête que surmonter la dépression post-partum est un travail ardu. Soulignez les efforts de l’autre peu importe le résultat.
  • Cherchez le soutien d’un psychothérapeute pour vous-même et encouragez votre conjoint à obtenir de l’aide.

Le Centre de thérapie de Montréal peut vous jumeler à un psychothérapeute ou un psychologue qui comprend la dépression post-partum. Nous pouvons vous offrir un accompagnement individuel ou conjugal au cours de cette période difficile et délicate.

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé dans le seul but de ne pas alourdir le texte et qu’il désigne aussi bien les femmes que les hommes.