L’anxiété généralisée

Via PixabayÊtes-vous constamment préoccupé par vos tâches quotidiennes ? Ressentez-vous un sentiment d’appréhension dont vous ne savez vous débarrasser ? Avez-vous l’impression qu’il vous colle à la peau depuis trop longtemps ? Si vous avez répondu oui aux questions précédentes, il est possible que vous souffriez d’un trouble d’anxiété généralisée.

Qu’est-ce que l’anxiété généralisée ?

Le trouble d’anxiété généralisée est caractérisé par une inquiétude accablante et excessive pour les éléments du quotidien. Cette inquiétude peut être éveillée par toutes sortes de choses, mais n’est pas liée à la médication ou à la consommation d’autres substances. Ce type d’anxiété est souvent associé à d’autres symptômes tels que l’agitation, la fatigue, la difficulté de concentration, l’irritabilité, les tensions musculaires et les troubles du sommeil.

Un grand nombre de personnes atteinte par l’anxiété généralisée affirment avoir de la difficulté à contrôler leur inquiétude dans les contextes sociaux, que ce soit au travail ou dans d’autres sphères importantes de leur vie, ce qui leur donne l’impression que chaque journée est un défi. Cette condition peut être débilitante et les rendre moins attentives aux réactions émotionnelles des autres (2). L’anxiété généralisée se démarque également par son intensité. Peut-être avez-vous déjà ressenti une anxiété démesurée pour une chose en particulier. Parfois, il s’agit de préoccupations quotidiennes, telles que les responsabilités professionnelles, les finances, les enfants, la santé, ou encore de considérations mineures comme les tâches ménagères ou un retard à un rendez-vous. Chez les enfants, ce type d’anxiété se concentre généralement autour des résultats scolaires ou à d’autres activités. La focalisation peut changer au fil du temps.

Qui est le plus souvent touché par l’anxiété ?

Plus de femmes rapportent ce genre d’anxiété excessive que d’hommes, une tendance aussi observée au Canada. Environ 55 à 60 % des personnes qui consultent un médecin pour leur anxiété sont des femmes (3). Cependant, l’anxiété généralisée touche également des hommes et des enfants. Ce trouble est souvent accompagné d’autres problématiques comme, entre autres,  la dépression, la panique, les phobies et la consommation d’alcool ou de drogues. Il peut avoir des répercussions qui sembleront n’avoir aucun lien à première vue (par exemple, le syndrôme du colon irritable ou des maux de tête fréquents).

Quelle est la cause de l’anxiété ?

Plusieurs facteurs peuvent influencer la susceptibilité d’une personne à développer un trouble d’anxiété généralisée. On observe actuellement une dimension familiale pour certains troubles de l’anxiété, tout comme pour d’autres traits de la même nature dont la dépression majeure (4). Les recherches disponibles pointent également vers des facteurs du milieu comme les traumatismes subis durant l’enfance ou les évènements stressants, et des conditions néfastes comme le milieu familial ou les désastres naturels (5). Pour plusieurs personnes aux prises avec une anxiété généralisée, celle-ci a marquée la quasi-totalité de leur vie. La majorité de celles qui consultent placent les débuts durant l’enfance ou l’adolescence. D’autres rapportent que les manifestations ont commencé dans la vingtaine. Généralement, l’anxiété est chronique, elle s’étire sur des mois ou des années. Elle peut aussi fluctuer, et s’amplifier lors de périodes de stress.

Comment puis-je réduire mon anxiété ?

Les outils d’aide personnelle

Il existe un grand nombre d’outils d’aide personnelle pour favoriser la gestion du stress, la résolution de problème et la relaxation. Pratiquer la prise de conscience lors des moments stressants et rester dans le moment présent peut être bénéfique. À ce chapitre, des techniques de pleine conscience se sont montrées efficaces pour certaines personnes. Il ne faut pas non plus sous-estimer l’importance du mode de vie : une alimentation saine, de bonnes habitudes de sommeil, une activité physique régulière, des moments de plaisir et des relations sociales positives. La consommation de substances comme l’alcool et d’autres drogues récréatives peut donner l’impression de détendre, mais a plutôt l’effet contraire à long terme. La caféine peut également être nuisible. On la retrouve bien sûr dans le café, mais aussi dans d’autres sortes de boissons, ainsi que dans certains aliments et médicaments sans ordonnance (entre autres, contre le rhume et la toux).  

Devrais-je consulter un professionnel ?

Si vous avez tenté sans succès de contrôler votre anxiété à l’aide d’outils d’aide personnelle et sentez qu’elle devient débilitante, il est fortement recommandé de demander l’aide d’un professionnel. Ce trouble peut perdurer, et prendre de l’ampleur, s’il n’est pas traité et ainsi affecter la capacité à gérer les activités quotidiennes. Un médecin, un psychologue ou un psychiatre peut poser un diagnostic du trouble de l’anxiété généralisé et donner ses recommandations pour la psychothérapie et la médication.

La psychothérapie individuelle pour le trouble d’anxiété généralisée

Un psychologue, psychothérapeute ou conseiller clinique peut discuter des stratégies pour surmonter l’anxiété. La thérapie cognitivo-comportementale est une approche efficace qui permet de reconnaître les pensées récurrentes à l’origine de certains symptômes. Parmi les autres traitements cliniques efficaces, on compte des techniques de pleine conscience, pour apprendre à vivre dans le moment présent, à prendre conscience des pensées et des émotions, et à les accepter plutôt qu’à les juger. On appelle ceci thérapie d’acceptation et d’engagement. Elle repose sur les principes de la pleine conscience et  sur la thérapie cognitivo-comportementale.

Les autres traitements

La psychothérapie individuelle n’est pas la seule piste de solution. Les thérapeutes conjugaux et familiaux peuvent travailler avec les membres de la famille pour trouver des moyens de surmonter l’anxiété et cerner les tendances familiales influençant l’anxiété. Vous pouvez également vous tourner vers l’art-thérapie et la dramathérapie, qui font appel à des outils artistiques pour explorer l’anxiété différemment de la thérapie verbale traditionnelle. Pour terminer, les groupes de soutien peuvent aider les personnes qui désirent discuter de leur expérience avec d’autres pairs.

Par: Mayte Parada, PhD, Montreal Therapy Centre

 

Références bibliographiques

Statistique Canada, 82-624-X

Arellano, B., Gramszlo, C., Woodruff-Borden, J. (2017). Parental reactions to children’s negative affect: The moderating role of parental GAD. Journal of anxiety disorders, 53, 22-29.

(2000). Diagnostic and statistical manual of mental disorders: DSM-IV-TR. Washington DC: American Psychiatric Association.

Gottschalk, M.G., Domschke, C. (2017). Genetics of generalized anxiety disorder and related traits. Dialogues in clinical neuroscience, 19, 159-168.

Havinga, P.J., Boschloo, L., Bloemen, A.J.P., Nauta, M.H., de Vries, S.O., Penninx, B.W.J.H., Schoevers, R.A., Hartman, C.A. (2017). Doomed for disorder? High incidence of mood and anxiety disorders in offspring of depressed and anxious parents. Journal of clinical psychiatry, 78, e8-e17.