Les Signes de l’Épuisement Professionnel

La définition de l’épuisement professionnel

Le terme « épuisement professionnel » est utilisé pour décrire un stade de crise où les réactions mentales et physiques au stress interrompent le déroulement de la vie quotidienne. L’épuisement professionnel survient lorsque l’anxiété atteint un sommet et que vous ne savez plus mener votre vie comme d’habitude. Et ce, même si vos motivations sont encore présentes, comme le souci de bien faire votre travail, de maintenir vos relations ou de réussir un examen. Ce stade peut faire émerger des paroles et des gestes associés à l’irrationnel ou à l’autosabotage. L’épuisement professionnel donne l’impression d’une perte de contrôle, ce qui peut être affolant ou déroutant pour vous et votre entourage.l'épuisement professionnel

Les signes de l’épuisement professionnel

Avant d’arriver à l’épuisement professionnel, votre corps et votre esprit vous envoient des signaux d’alarme pour vous indiquer que des changements sont nécessaires. Parmi ces signaux, on retrouve la difficulté à s’endormir, la perte d’appétit, les difficultés de concentration, les maux de tête, les maux de ventre, de fortes pulsations cardiaques et les étourdissements.

Lorsque vous êtes au bord de l’épuisement professionnel, votre sort peut vous sembler inévitable. Vous avez l’impression que votre vie est pleine de pièges. Certaines personnes vont procrastiner parce que chacun de leurs gestes ne fait qu’empirer la situation. D’autres éviteront ce qui les rend nerveux, comme prendre des rendez-vous importants ou ouvrir leur courrier.

À ce stade, l’anxiété vient ajouter davantage de stress à votre vie. Vous êtes incapable de faire face aux épreuves, aussi petites soient-elles, parce que l’anxiété vient gruger les quelques ressources qu’il vous restait. Vous y mettez tous vos efforts, mais vous sentez l’épuisement vous rattraper.  Le temps est alors venu de chercher de l’aide.

Le test sur l’épuisement professionnel

Le stress fait partie de la vie. Cependant, il dure parfois trop longtemps ou se manifeste trop souvent pour être maîtrisé, malgré toute votre bonne volonté. Vous essayez tant bien que mal de jongler avec les divers stress dans votre vie. Malheureusement, même le meilleur des jongleurs a ses limites quant à la durée de sa performance et au nombre de balles avec lesquelles il peut jongler. Plus tôt vous reconnaissez les signes de l’épuisement, mieux vous saurez l’éviter.

Répondez à chaque énoncé par « oui » ou par « non » selon qu’il s’applique à vous ou pas. Prenez le temps de réfléchir pour répondre avec justesse. Tentez de ne pas vous justifier afin de changer la réponse véritable. Voici un exemple : « C’est vrai que je me sentais comme ça, mais les choses vont rentrer dans l’ordre après [telle date], alors je vais répondre « non ».  Soyez honnête envers vous-mêmes. Fiez-vous à votre façon d’être lors de la dernière semaine. Vous pourriez trouver utile de prendre vos pensées en note.

  • Vous avez peu d’intérêt pour le temps passé en famille ou entre amis.
  • Vous évitez ou n’appréciez plus les activités qui vous faisaient du bien.
  • Vous êtes cafardeux, irritable ou vulnérable la plupart du temps.
  • Vous prenez ou perdez du poids.
  • Vos habitudes de sommeil changent : vous avez de la difficulté à trouver le sommeil ou vous vous sentez toujours fatigué.
  • Vous tombez malade plus souvent qu’auparavant.
  • Vous ressentez des envies de faire du mal, soit à vous-mêmes ou à une personne que vous aimez.

Si au moins deux de ces énoncés s’appliquent à vous, ou un seul mais à un degré qui vous inquiète, cherchez de l’aide professionnelle. Prenez rendez-vous avec votre médecin si vous vivez des changements physiques tels que la perte de poids ou un sommeil perturbé, surtout s’ils persistent ou ne semblent pas reliés à des évènements stressants. Si vous êtes affecté plutôt par le stress, une surcharge de travail, une relation difficile, ou si vous éprouvez des difficultés à maîtriser votre anxiété ou à sortir d’un état dépressif, demandez l’aide d’un psychothérapeute. Une psychothérapie effectuée auprès d’un professionnel qualifié vous permettra d’améliorer votre capacité à affronter les épreuves de la vie et à aborder de façon proactive les causes potentielles de l’épuisement professionnel.

Si vous pensez parfois à faire du mal, cherchez immédiatement l’aide d’un professionnel

L’envie de faire mal à vous-même ou à une personne qui vous est chère est un symptôme de l’épuisement professionnel ou d’autres problématiques qui peuvent être traitées avec l’aide d’un professionnel. Ne laissez pas la honte vous empêcher de consulter. Grâce à cette aide, vous saurez surmonter les peurs et les envies impulsives associées aux sentiments d’accablement et de solitude.

Le traitement contre l’épuisement professionnel

Lorsque vous entamerez le travail auprès du psychothérapeute qui vous convient, celui-ci pourra aborder les sources de votre épuisement professionnel sous les angles suivants.

Remettre en question les pensées qui contribuent à l’anxiété

Bien que votre façon de penser vous semble probablement tout à fait normale, elle génère peut-être de l’anxiété qui amène à l’épuisement professionnel. Avez-vous parfois l’impression de trop réfléchir à tout ? Vous sentez peut-être que vos réactions et vos pensées compliquent les choses, mais vous n’arrivez pas à les contrôler. Vous vous inquiétez que les symptômes physiques vous embarrasseront ou vous empêcheront de fonctionner au travail. Pour cette raison, vous évitez certaines activités ou certains endroits qui pourraient empirer les choses. Vous refusez de participer à certains évènements sociaux qui sont source de stress. Vous vous empêchez de poser votre candidature à un nouveau poste par peur d’être rejeté. Vous sentez-vous coincé à cause de facteurs qui sont hors de votre contrôle, que ce soit au travail, dans vos relations ou votre vie sociale ? Vous sentez que vos options sont limitées.

Toutes ces réactions instinctives, bien que normales, augmentent le niveau de stress et contribuent à l’épuisement professionnel. Avec votre psychothérapeute, vous pourrez discuter de votre façon d’aborder les difficultés et, graduellement, explorer d’autres solutions.

Revoir la détente

La relaxation semble parfois automatique et facile. En effet, on s’imagine qu’on pourrait complètement relaxer si les sources de stress disparaissaient et si on pouvait se payer des vacances à longueur d’année. En réalité, savoir se détendre est un peu plus complexe que ça ! La capacité à relaxer quand vous en avez besoin, où que vous soyez, s’acquiert. La plupart d’entre nous sont plus doués pour trouver de nouvelles sources de stress que pour se laisser aller ! Vous pouvez apprendre à vous détendre malgré les imperfections de votre vie, plutôt que de miser sur une vie exempte de tout stress. En psychothérapie, vous pouvez apprendre de bons moyens de mettre temporairement le stress de côté. La capacité à régulièrement relaxer son corps et détendre son esprit peut nous donner l’énergie et le recul nécessaires pour surmonter nos problèmes, même s’ils sont majeurs.

Votre psychothérapeute vous accompagnera dans la construction de nouvelles habitudes et d’activités positives qui vous permettront de vous détendre dans vos relations. Ce sont ces changements constructifs qui desserreront la poigne de l’anxiété sur votre temps et votre énergie.

Qu’en est-il de la médication ?

Vous pouvez discuter avec un médecin des bienfaits potentiels ainsi que des risques de la méditation. Lorsque l’anxiété est une maladie, la médication peut contribuer à briser le cycle de panique et favoriser le chemin de la guérison. La psychothérapie et la médication peuvent s’accompagner pour un traitement efficace du trouble panique. Si la médiation est une bonne solution pour vous, votre médecin pourra vous prescrire des médicaments contre l’anxiété, des antidépresseurs ou certains médicaments pour les problèmes cardiaques, appelés bêtabloquants, qui aident à prévenir et à contrôler les crises de panique.

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé dans le seul but de ne pas alourdir le texte et qu’il désigne aussi bien les femmes que les hommes.

par Janesse Leung