Dix façons pour aider la construction de l’estime de soi de votre enfant

via Pixabay

En tant que parent, vous souhaitez que votre enfant grandisse heureux et confiant, qu’il soit capable de prendre des risques, d’essayer de nouvelles choses et de relever des défis. Aider votre enfant à développer une saine estime de lui-même dès son plus jeune âge lui fournira de solides bases qui lui serviront lors de son entrée à l’école, lorsqu’il commencera à former de nouvelles amitiés et à explorer le monde.

Voici dix façons grâce auxquelles vous pouvez aider votre enfant à développer une estime de soi positive.

  1. Utilisez le langage de l’amour

Communiquez avec amour et non pas avec autorité. Encouragez votre enfant à s’exprimer librement et évitez la critique, les interruptions ou de le faire sentir honteux. Écoutez attentivement de manière à réellement comprendre et montrez-lui que ce qu’il dit vous intéresse. Démontrez-lui du soutien et encouragez-le, pas seulement à travers vos mots, mais également à travers votre ton de voix. Utilisez votre voix efficacement, ne criez jamais. Les enfants écoutent avec leur cœur et ne se souviendront pas de ce que vous leur avez dit, mais de comment vous les avez fait sentir. Évitez les propos qui pourraient engendrer de la honte chez votre enfant et faites attention de ne pas le blâmer pour votre impatience ou votre colère. « Tu me rends fou », « Es-tu capable de faire quelque chose correctement? », « Pourquoi tu ne peux pas t’entendre avec les gens? », « Pourquoi tu n’es pas capable d’écouter? » Toutes ces phrases ne serviront qu’à instaurer chez votre enfant des attitudes négatives dans sa façon de se percevoir et pourrait éventuellement mener à une faible estime de soi.

  1. Notre présence comme un présent. Concentrez-vous sur votre enfant et soyez à son écoute.

Ceci montrera à votre enfant qu’il est aimé et que vous appréciez passer du temps avec lui. Laissez votre enfant guider les jeux et choisir ce qu’il veut faire. Les opportunités que vous lui fournirez pour qu’il puisse prendre ses propres décisions basées sur ses préférences seront ses premières occasions pour développer son sentiment d’identité. Essayez de ne pas dire « Non, pas maintenant », mais plutôt « Oui, plus tard », « Convaincs-moi » ou encore, « Donne-moi dix minutes ».

  1. Aidez votre enfant à trouver quelque chose dans quoi il est bon.

Encourager les talents et habiletés de votre enfant l’aidera à développer un puissant sens de sa valeur personnelle. Fournissez-lui plusieurs sortes d’opportunités pour qu’il soit en mesure de découvrir ce qu’il aime et ce dans quoi il est bon. Célébrez ses accomplissements et ses succès.

  1. Utilisez des remarques descriptives plutôt qu’évaluatives.

Évitez d’employer des termes évaluatifs tels que « intelligent, beau et bon » dans la mesure où ceci renforcera le besoin de validation extérieure de votre enfant et pourrait engendrer des moments difficiles au cours de sa vie. Ce genre de remarques détient le potentiel de créer de l’insécurité et d’effrayer votre enfant de ne pas être capable de vous satisfaire et de ne pas combler vos attentes. Les louanges qui exagèrent les accomplissements peuvent quant à elles faire en sorte que votre enfant cessera de prendre des risques et d’essayer de nouvelles choses de façon à se protéger contre d’éventuels dangers d’échecs. Ceci le dérobera d’occasions où il pourrait apprendre et grandir.

Au lieu, concentrez-vous sur des remarques et encouragements descriptifs en décrivant ses efforts, sa persistance, ses stratégies et son travail, plutôt que ses résultats. Ceci lui permettra d’intérioriser sa valeur personnelle, son autonomie et sa confiance. Les encouragements descriptifs fournissent aux parents des outils puissants pour transmettre des valeurs, favoriser certaines attitudes et augmenter la coopération. Par exemple, quand votre enfant vous montre un dessin qu’il a fait, au lieu de dire « C’est tellement beau! », vous pouvez dire « Tu as travaillé très fort sur ce dessin et tu as utilisé plusieurs couleurs différentes! » À partir de ceci, l’enfant devra créer sa propre validation en élaborant le genre de pensée suivante : « Ces couleurs font vraiment de mon dessin un dessin unique et j’aime ça! »

  1. Instaurez des règles flexibles, réalistes et renforcez-les régulièrement.

En instaurant des règles et des structures, vous permettez à votre enfant de se sentir en sûreté et en sécurité, ainsi que d’avoir de plus en plus confiance de pouvoir également créer ses propres règles et de prendre ses propres décisions. Discutez des règles en famille et impliquez votre enfant pour que celles-ci soient justes. Discutez des conséquences à l’avance, préférablement en considérant l’opinion de votre enfant. Lorsque les règles sont transgressées, les conséquences devraient être immédiatement imposées, ou dès que possible.

La discipline n’est pas ce que nous faisons aux enfants, mais bien ce que nous faisons avec eux. Le but principal est de leur enseigner et de les guider à comprendre l’autodiscipline en créant une structure interne plutôt que d’avoir à dépendre d’un contrôle et d’une discipline venant de l’extérieur. La discipline devrait s’exercer calmement, avec compassion, avec patience et avec un ton de voix normal. Quand votre enfant franchit les limites et brise les règles, les conséquences devraient être raisonnables, simples et axées sur l’apprentissage de la responsabilité. Les conséquences doivent être créées dans le but de prévenir que votre enfant se blesse ou blesse quelqu’un d’autre et également dans le but de l’aider à intérioriser les règles, les structures et la compréhension des comportements acceptables.

  1. Établissez des attentes

Établir des attentes ou des buts bien définis, sans pour autant qu’ils soient inatteignables, développera le sentiment de compétence chez votre enfant. En montrant à votre enfant qu’aspirer à certains comportements ou certains buts est valorisé, vous lui permettez de développer un sens de l’accomplissement et de la satisfaction, en plus de l’encourager à faire preuve d’efforts afin d’acquérir de nouvelles habiletés et compétences. Une grosse partie de l’estime de soi consiste en développer un niveau de compétence dans des choses qui ont de la valeur pour nous.

  1. Incarnez des comportements positifs

Gérez les défis, les revers, les conflits et les irritants quotidiens du mieux que vous pouvez, avec patience et persistance. La façon dont vous faites face aux différentes épreuves de la vie a une forte incidence sur l’estime de soi de votre enfant et sur ses habiletés à gérer ses propres épreuves. Vous êtes l’un des plus importants modèles que votre enfant aura.

  1. Pratiquez et incarnez un mode de vie conscient

Éteignez votre pilote automatique. De nos jours, dans un monde rempli de technologies, nous sommes souvent à côté de nos enfants, mais dans un autre monde. La pleine conscience est l’action d’accorder de l’attention d’une façon particulière : de son plein gré, dans le moment présent et sans jugement. (Kabat-Zinn, 1994, p.4) La pleine conscience donne aux parents une alternative aux réactions habituelles ou automatiques qui leur permettra de s’arrêter et de diriger leur attention consciente vers le moment présent, d’être complètement concentré sur leur enfant, tout en faisant preuve de contrôle et de prévoyance dans leurs actions.  Cela veut également dire qu’il faut accepter qu’il y aura des embuches et qu’être parent peut s’avérer un véritable défi par moments. La pleine conscience nous permet toutefois de reconnaître ces défis et ces erreurs que nous sommes tous voués à faire en tant qu’acteurs d’une vie saine. Pratiquez l’écoute attentive, soyez à l’écoute des indices comportementaux et de la communication verbale de votre enfant. Faites preuve d’acceptation sans jugement de qui vous êtes et de qui est votre enfant. Réduisez l’autocritique et les attentes irréalistes, et appréciez votre propre efficacité et les qualités de votre enfant. Pratiquez la conscience émotionnelle de vous-mêmes et de votre enfant en étant moins indifférent et plus sensible aux émotions de ce dernier. Si les parents sont en mesure d’identifier leurs propres émotions en plus de celles de leur enfant, c’est en convoquant la pleine conscience. Par celle-ci, ils seront en mesure de faire des choix conscients quant à leur façon de réagir, plutôt que de réagir automatiquement aux expériences.

  1. Présentez à votre enfant des opportunités de prendre des décisions et de régler des problèmes.

Ces opportunités devraient être appropriées à l’âge et au stade de développement de votre enfant de façon à ce qu’il comprenne qu’il exerce un contrôle sur sa vie. Guidez-le dans le processus sans le juger et permettez-lui d’apprendre par ses choix, même les mauvais. Cette autonomisation devant certaines situations améliorera sa valeur de soi et lui procurera les lignes directrices pour former son sentiment d’identité.

  1. Ne visez pas la perfection

Notre société est imprégnée par l’idée de perfection et carbure à la consommation, aux religions organisées, aux écoles dont les standards sont de 100 % et – soyons honnêtes – aux parents qui recherchent la parfaite maison, veulent l’enfant parfait, veulent être les parents parfaits, etc. Le perfectionnisme prend ses racines dans la peur d’être critiqué et n’est réellement qu’une question de désir de conformité et d’adéquation totale. Aspirer à cet état inatteignable engendre un stress superflu et a des répercussions sur les enfants qui essaieront par tous les moyens de ne pas décevoir leurs parents. Comment anéantir ce désir de perfection? Soyez différent et célébrez vos différences. Ne vous comparez pas aux autres. Établissez vos propres buts et travaillez de façon à les atteindre. Êtes-vous en train d’apprendre, de grandir et d’accomplir? C’est ce qui importe le plus. Apprenez cela à votre enfant. Expliquez-lui que le plus beau cadeau que quelqu’un puisse se faire et faire aux autres est l’authenticité de sa propre personne.  Enseignez à votre enfant que sa valeur ne dépend pas de ses performances ou de son apparence, mais bien de sa capacité à s’accepter pleinement dans ce qu’il est.

Kabat-Zinn, J. (1994). Wherever you go there you are : Mindfulness meditation in everyday lige. New York : Hyperion

Écrit par: Lindi Ross, M.Ed, PPCC Centre de thérapie de Montréal