Se Détacher du Passé : La Culpabilité et le Regret

La culpabilité et le regret sont un poids lourd qui nous empêche d’avancer. Afin de vous en décharger, comprenez ces tensions et mettez le doigt sur ce qui vous retient vers l’arrière.

Avez-vous de la difficulté à vous détacher du passé? Êtes-vous rongé par des histoires du passé : ce que vous auriez voulu, auriez du ou auriez pu faire autrement?

Le passé exerce une emprise sur un grand nombre d’entre nous à cause de notre incapacité à lâcher prise. On regrette certains choix ou on se sent coupable de certaines actions. Tant que la culpabilité et le regret ne sont pas réglés, il est difficile de regarder vers l’avant.

La psychologie du regret

Letting Go of the Past Guilt and Regret

Se détacher du passé : la culpabilité et le regret

Le regret est une émotion similaire à la dépression et à la tristesse. Elle s’apparente également à la culpabilité, mais toutes deux doivent être différenciées. Parfois, une vague de regret semble émerger de nulle part. Cela peut se produire lorsque vous perdez un objet ou un être cher, ou lorsque vous rencontrez une personne de votre passé. C’est un sentiment répandu dans notre culture pour les raisons qui suivent.

Nous avons trop de choix. Puisque nous avons tant d’options, les occasions de regretter les choix que nous n’avons pas faits se multiplient.

Exemple: Lors de sa dernière année d’étude dans une université réputée, Linda a passé plus de 30 entrevues auprès de divers entreprises sur le campus. Elle s’est vu offrir des emplois dans cinq villes différentes et a eu beaucoup de difficulté à choisir. Finalement, elle a déménagé à Los Angeles et a débuté un programme de formation de cadres pour une grande entreprise. Quelques années plus tard, elle est venue à questionner sa décision.  Elle se disait qu’elle aurait probablement été mieux à Kansas City, son deuxième choix.  Le regret la laisse avec un sentiment d’insatisfaction et l’impression d’être coincée.

Nous voyons une infinité de possibilités. Un autre facteur contribuant au regret vient de la culture nord-américaine qui nous amène à croire que la vie n’a pas de limite. Notre culture a un appétit insatiable pour les nouvelles expériences, l’aventure et la nouveauté. Quand nous réalisons que certaines choses ne fonctionneront pas ou ne changeront pas, nous avons de la difficulté à accepter.

Exemple: Karen vient d’avoir 45 ans. Elle ne s’est jamais mariée et n’a pas d’enfant. Elle a toujours pensé qu’elle avait la vie devant elle et encore bien du temps pour laisser l’empreinte de sa vie. Cependant, elle réalise qu’elle ne sera probablement jamais mère ni PDG. Elle sent que la vie lui a échappé.

Nous ne sommes soumis à aucune règle. En plus de toutes ces options, nos vies sont devenues complexes en raison de l’absence de lignes directrices quant aux choix que nous devrions faire.

Premier exemple: La plupart des mères ont un choix difficile à faire sur la place de leur travail dans leur vie, et plusieurs femmes sentent qu’elles ont fait le mauvais choix. Les options peuvent être de rester à la maison avec les enfants, d’exercer une profession exigeante à temps plein, de choisir un emploi peu prenant ou de prendre un poste à temps partiel.

Deuxième exemple: Nombreux sont ceux qui se sentent contraints à monter les échelons de la réussite tant et aussi longtemps qu’ils en sont récompensés. Quand le travail devient exigeant et déplaisant, il est difficile de refuser les promotions et les augmentations de salaire en faveur d’un emploi moins accaparant et plus satisfaisant. On se sent coincé dans notre parcours professionnel et ne sait pas comment se sortir de l’engrenage.

Nous valorisons l’autonomie. Notre culture nord-américaine a toujours valorisé l’indépendance. Pour une raison quelconque, nous recevons le message qu’il est préférable d’atteindre ses buts par soi-même, sans l’aide de qui que ce soit. Cela engendre une problématique : lorsqu’on ne sait pas accepter le soutien des autres, nous nous isolons. Vivre une vie entièrement indépendante va à l’encontre du besoin humain fondamental d’affiliation.

Exemple:La mère de Matt, Sarah, a 75 ans. Elle est veuve et vit seule dans un appartement à New York. Matt a quitté New York après le collège et vit présentement en Floride. Petit à petit, tous les amis de Sarah déménagement eux aussi vers la Floride. Matt insiste pour qu’elle déménage dans un condominium près de chez lui et lui en a même fait visiter quelques uns.  Elle résiste, disant qu’elle ne veut pas être un fardeau. Pendant ce temps, Sarah est de plus en plus isolée et déprimée. Assise dans son appartement, elle se rappelle le condominium ensoleillé qu’elle a visité à Miami quelques années plus tôt. Elle est pleine de regret, mais ne changera pas d’idée. Elle tient à son indépendance et son autonomie.

Nous recherchons la gratification instantanée. De nombreuses personnes s’évadent loin des pressions de la vie quotidienne par l’usage de drogue ou d’alcool. Partout, il y a des messages nous proposant d’utiliser l’alcool et la drogue pour relaxer, nous échapper, avoir du plaisir et être sexy. Lorsque ceci devient un mode de vie, les conséquences ne peuvent être que regrettables : conduite en état d’ébriété, accidents, blessures, mort, problèmes de couple, manque de participation au travail ou congédiement.  

Nous nous comparons constamment. Quand nous comparons notre vie à celle des autres, il est facile de regretter. La plupart d’entre nous s’attendons à tout avoir et tout être. Nous apprenons à nous comporter comme si nous étions en contrôle. Nous nous comparons à nos amis, nos collègues, nos voisins et des personnages télévisés. Quand nous ne paraissons pas aussi bien qu’eux, nous nous sentons diminués. Nous avons une liste de « je devrais » dans notre tête – des choses que nous exigeons de nous-mêmes.

La psychologie de la culpabilité

La culpabilité est généralement le résultat de gestes, de pensées ou de souhaits chargés d’agressivité.  Souvent, elle émerge lorsque nous avons enfreint une règle – soit la vôtre ou celle d’une autre personne.

Que faire des questions non réglées

Si vous voulez faire la paix avec le passé qui vous tient captif – régler les questions laissées en suspens — vous devrez les reconnaître et les raconter avec honnêteté. Parfois, aucun geste n’est requis : le simple fait de les écrire et d’en parler suffit à en diminuer les répercussions. Vous pouvez les écrire dans un journal intime, ou en parler à un ami fiable ou à un thérapeute. Voici où chercher ces fantômes du passé :

1. Les risques que j’aurais dû prendre

2. Les personnes que je n’ai pas traitées correctement

3. Les personnes qui ne m’ont pas traité correctement

4. Ce que j’ai fait à une autre personne

5. Ce que j’aurais dû faire et n’ai pas fait

6. Ce dans quoi je dois mettre de l’ordre (littéralement et métaphoriquement)

7. Ce dont je dois me débarrasser

8. Ce que je veux acheter pour mon chez moi

9. Les choses que je veux m’acheter

10. Ce dont j’ai besoin et ne me suis pas permis d’avoir

11. Les projets inachevés

12. Les projets que je veux entreprendre

13. Ce que je veux changer

14. Ce que je veux cesser de faire

15. Ce que je veux être

16. Ce que je veux avoir

17. Les expériences que je veux vivre

18. Ce que j’aimerais dire

19. Les sentiments refoulés

20. Les secrets que je ne veux plus garder

Si vous sentez que la culpabilité et le regret vous empêchent d’avancer comme vous le voudriez, vous pourriez tirer profit d’une consultation auprès d’un thérapeute. Selon vos besoins, la thérapie peut être de courte durée et aborder un thème spécifique ou être un processus à long-terme.

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé dans le seul but de ne pas alourdir le texte et qu’il désigne aussi bien les femmes que les hommes.