Sept Conseils pour Tirer Pleinement Profit de la Thérapie Conjugale

Vous éprouvez de la colère et de la rancœur envers votre conjoint, mais vous ne savez trop pourquoi. Vous ne vous souvenez plus à quand remonte votre dernier moment d’intimité sexuelle. Bien que vous viviez sous le même toit, vous sentez que vous vous éloignez l’un de l’autre. Lorsque vous avez enfin une soirée à vous deux, vous ne savez plus de quoi vous parler.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce ne sont pas les grandes périodes de crise qui amènent la majorité des couples à consulter un thérapie conjugaleprofessionnel. Ce sont plutôt les défis insidieux du quotidien, qui minent la satisfaction conjugale et amènent les conjoints à s’éloigner.

Vous avez peut-être l’impression que, malgré toutes vos bonnes intentions et vos efforts, vous et votre conjoint retombez continuellement dans les mêmes disputes. Vous sentez que vous n’arrivez plus à rétablir le lien. Votre satisfaction face à votre relation n’est plus ce qu’elle était. Si vous vous reconnaissez dans cette description, considérez une consultation auprès d’un thérapeute conjugal.

Au cours de mes quelque 15 années d’expérience comme thérapeute conjugale, j’ai travaillé auprès de centaines de couples qui sont arrivés à instaurer des changements profonds dans leur relation, à solidifier leur intimité et à augmenter leur satisfaction conjugale. Lorsque les deux conjoints s’investissent dans la démarche, ils peuvent accomplir de grandes choses !

Bien que la thérapie conjugale représente un investissement important de temps, d’argent et de ressources émotionnelles, elle s’avère très efficace pour de nombreuses personnes qui veulent améliorer leurs relations chères. Basée sur mon expérience de thérapeute conjugale, voici ma liste de conseils pour tirer pleinement profit de votre démarche :

  1. Consultez sans tarder. De nombreux couples attendent d’arriver au point de rupture avant de consulter. Ils ont passé des mois, voire des années, à ignorer les signaux d’alarme, étouffer les problèmes et ravaler leur rage, frustration et ressentiment. Malheureusement, à ce point, un des conjoints a déjà l’intention de partir et n’a plus la volonté de s’impliquer dans la relation. Les difficultés conjugales sont bien plus faciles à prendre en main au début, avant qu’elles ne deviennent des habitudes profondément enracinées. Comme le dit le vieil adage : « Un point à temps en vaut cent. »
  2. Concentrez-vous sur ce que vous pouvez changer de vous-mêmes, et non sur ce que vous aimeriez changer chez l’autre. La thérapie conjugale est bien plus efficace lorsque chacun des conjoints accepte de se regarder en face et cherche à comprendre son implication dans les difficultés du couple. Ce travail se fait à deux, et chaque conjoint est responsable de la dynamique conjugale. Lorsque les séances de thérapie comprennent des discussions ouvertes et honnêtes sur le rôle de chacun dans la démarche, le décor est planté pour un changement positif. Lorsque les conjoints remettent constamment la faute sur l’autre, ils sont sur la défensive et enflamment la colère de l’autre. Le progrès devient alors difficile, ou parfois même impossible.
  3. Prenez le temps de recueillir vos pensées avant chaque séance. Imaginez-vous en train de préparer une rencontre importante au travail. Vous prendriez certainement le temps de rassembler vos idées et de faire un ordre du jour. Dans notre cas, vous n’avez pas besoin de faire un schéma détaillé. Mais vous pouvez réfléchir à vos objectifs pour les séances, au type de relation que vous aimeriez établir avec votre conjoint, aux obstacles personnels que vous aimeriez surmonter pour devenir un meilleur compagnon de vie, et aux déclencheurs des disputes au sein de la relation. La thérapie conjugale prend de la valeur lorsque vous réfléchissez à ce que vous aimeriez tirer de chaque séance, plutôt que de vous présenter avec une liste de reproches pour votre conjoint et un récit détaillé des dernières disputes.
  4. Préparez-vous à prendre des risques. Afin que la thérapie de couple soit efficace, vous devez créer un milieu de respect, d’ouverture et d’acceptation de la vulnérabilité. Ce genre de risque émotionnel peut être affolant, mais il en vaut largement la peine. En vous donnant le droit d’être ouvert et vulnérable avec votre conjoint, vous créez les conditions gagnantes pour une véritable intimité. Cette transparence entre les conjoints est un sentiment puissant : voir l’autre comme il l’est vraiment, et se montrer tel que l’on est.
  5. Préparez-vous à un dur labeur : changer. Une chose certaine que j’ai apprise lors de mes nombreuses années comme psychothérapeute, c’est que changer demande beaucoup de travail ! Certaines personnes viennent en thérapie en espérant trouver une solution rapide ou en s’attendant à ce que le psychothérapeute fasse disparaitre les problèmes d’un coup de baguette magique. Le rôle du thérapeute conjugal est avant tout de conseiller et d’accompagner, pas de résoudre des problèmes. Votre thérapeute pose des questions qui vous feront avancer, fait des observations et des suggestions, vous aide à trouver de nouvelles façons de vous identifier l’un à l’autre. Cependant, en fin de compte, vous et votre conjoint êtes ceux qui doivent mettre en place les changements nécessaires. Les séances de thérapie occupent généralement une heure par semaine. Les 167 heures entre les séances ne peuvent être ignorées. Si votre thérapeute vous donne un travail à accomplir à la fin d’une séance, vous devez vous y engager. Vous pouvez également lire sur le sujet ou faire des exercices supplémentaires avec votre conjoint. Deux livres que je recommande souvent sont Les couples heureux ont leurs secrets de John Gottman (traduction de The Seven Principles for Making Marriage Work) et Sers-moi fort de Sue Johnson (traduction de Hold Me Tight). Tous deux sont d’excellentes ressources pour les couples qui désirent améliorer leur relation.
  6. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Lorsque vous êtes avec la même personne depuis longtemps, il est facile de retomber dans vos vieilles habitudes d’interaction. Apprendre à communiquer autrement demande de l’attention et de la pratique. Ne vous attendez pas à ce que le tout vous vienne naturellement. Comme pour l’acquisition de n’importe quelle habileté, il faut beaucoup de pratique, et de temps, avant de la maîtriser. Soyez patients l’un envers l’autre et continuez de vous exercer.
  7. Même lorsque les choses vont mieux, prévoyez des séances à l’occasion. Après un certain temps, vous remarquerez certaines améliorations dans votre relation : vous rirez plus ensemble, vous aurez moins de conflits, vous vous apprécierez plus l’un l’autre, ou vous sentirez un sentiment accru de bien-être dans la relation. Même lorsque vous observerez ces changements positifs, il est préférable de garder des rencontres périodiques avec votre thérapeute conjugal pour faire un suivi des sentiments de chacun face à la relation et s’assurer que vous être tous les deux sur la bonne voie. Lorsque j’observe le maintien d’une trajectoire positive chez un couple, je suggère généralement de réduire la fréquence des séances hebdomadaires à une fois par mois, jusqu’à ce que les deux conjoints soient convaincus que l’amélioration est durable.

La thérapie de couple peut être très efficace pour les couples qui souhaitent améliorer les relations centrales de leur vie. Ces conseils vous permettront de profiter pleinement de votre démarche.

Veuillez noter que le genre masculin est utilisé dans le seul but de ne pas alourdir le texte et qu’il désigne aussi bien les femmes que les hommes.

par Rebecca Murray, M. A., C. TCF