Gérer le conflit: Comment se chicaner de manière constructive avec votre partenaire

Par : Alexa Leon, MSW, MSc(A) Thérapeute conjugale et familiale 

gerer de conflit

By: Shutterstock

Les mésententes et les conflits sont inévitables dans les relations amoureuses. Lorsqu’ils sont bien gérés, c’est correct, voire même sain, de se chicaner avec votre partenaire. Les études démontrent que les couples qui s’engagent dans une communication positive suite à un conflit expérimentent une satisfaction plus élevée malgré le fait d’avoir eu un conflit[1]. Gérer un conflit demande de la conscience de soi et de l’effort, mais cela peut changer le résultat du conflit entre une distance émotionnelle qui s’est agrandit vers une proximité encore plus profonde.

La détresse émotionnelle émerge dans une relation amoureuse lorsque les besoins de proximité, d’intimité ou d’engagement de l’un des membres ne correspondent pas avec les besoins ou les attentes de l’autre[2]. Nous transportons tous un bagage unique d’expériences reliées à l’attachement, donc c’est naturel que des différences prennent place et activent des mécanismes de défense. De cette façon, le conflit est en fait une porte d’entrée vers l’atteinte d’un sens d’intimité et de connexion plus profond. Plutôt que d’éviter tout conflit, essayez de voir cela comme une opportunité pour atteindre une compréhension et une croissance plus profondes dans votre relation amoureuse. Ce simple recadrage pourrait amener un changement significatif dans la manière que vous et votre partenaire répondez au conflit.

Voici 5 trucs sur comment se chicaner de manière constructive:

Sachez reconnaître les schémas destructeurs à surveiller et essayez de les interrompre lorsqu’ils se déploient.

Durant un conflit, les émotions tendent à s’escalader. Lorsque les émotions sont intenses et incontrôlables, nous avons tendance à distorsionner nos interprétations des actions de notre partenaire, ainsi que nos propres revendications3. Ces distorsions se manifestent typiquement en comportements de défense tels que la justification, le mépris, l’accusation, la critique, l’exagération, les attributions négatives et le rejet de toute responsabilité. Une manière d’interrompre cette dynamique négative est de pratiquer la conscience de soi. Dites-vous des choses simplement pour rendre votre partenaire furieux ou en colère? Exagérez-vous ou dénaturez-vous les faits pour gagner un point? Faire une enquête à l’intérieur de vous-même et prendre note de ces tendances est la première étape pour être capable d’interrompre ces distorsions improductives. Éviter ces comportements de communication destructeurs est également une composante essentielle pour expérimenter du succès dans la gestion des conflits.

Selon un chercheur sur le couple, John Gottman, la critique, être sur la défensive, le mépris et faire de l’obstruction sont toxiques dans un couple4. Concentrez-vous plutôt sur l’expression de vos sentiments sans blâmer, reconnaissez votre rôle dans le conflit, gardez en tête ce que vous admirez et appréciez de votre partenaire même lorsque vous vous sentez en colère envers lui/elle ou blessé par lui/elle. Finalement, communiquez votre besoin d’espace si vous ressentez le besoin de vous calmer.

Faites un effort pour comprendre la perspective de votre partenaire et communiquez-leur ce que vous comprenez.

Une émotion incontrôlée peut mener au piège de devenir coincé dans votre propre expérience émotionnelle. Les émotions telles que la colère et la souffrance sont très puissantes et peuvent submerger la partie de notre cerveau qui nous permet de penser de manière rationnelle et objective. Faire un effort pour prendre un pas de recul sur votre propre situation et d’essayer de faire du sens de l’expérience de votre partenaire peut favoriser la désescalade des émotions négatives intenses ressenties par vous-mêmes et par votre partenaire. La capacité de voir la perspective d’autrui a été démontrée comme permettant de réduire les réactions émotionnelles négatives, d’améliorer le désir et la capacité de faire des compromis et d’améliorer l’harmonisation l’un à l’autre5. Soyez curieux, poser des questions, démontrez que vous vous intéressez à l’expérience émotionnelle de votre partenaire. Simplement transmettre le message que vous voulez comprendre la perspective de votre partenaire peut lui signaler qu’il/elle n’est pas menacé et qu’il/elle peut baisser ses défenses. Essayez d’aller à la prochaine étape et communiquez dans vos propres mots à votre partenaire comment vous comprenez sa détresse. Ça prend une seule personne qui tend la main vers l’autre pour atteindre une meilleure compréhension et ainsi transformer le conflit en connexion. Faites en sorte que voir la perspective de l’autre devienne un but mutuel au sein de votre relation.

Prenez soin de porter un regard positif l’un sur l’autre.

Savoir que votre partenaire vous octroie de la valeur est reconnu pour avoir un effet positif sur la gestion des conflits6. Lorsque nous nous sentons valorisé et respecté, nous nous attendons que notre partenaire soit sensible à notre détresse. À notre tour, alors que nous nous attendons à la démonstration de cette sensibilité de la part de notre partenaire, nous serons davantage enclins à communiquer notre détresse ou insatisfaction d’une manière ouverte et empathique qui ne déclenchera pas de réponse défensive de sa part. En d’autres mots, en encourageant un cycle positif d’attention prévoyante et de sensibilité, le conflit est plus susceptible de mener à une compréhension mutuelle et une résolution de celui-ci.

Accédez aux sentiments et aux besoins les plus vulnérables qui se cachent sous votre détresse et tentez également de comprendre les besoins de votre partenaire.

Nous avons tous un besoin de proximité et de connexion. Ce besoin intrinsèque nous aide à assurer notre survie en faisant en sorte que nous ayons quelqu’un en qui nous avons confiance et sur qui nous pouvons compter. Lorsque cette proximité est menacée, nous revenons tous à des comportements que nous croyons protecteurs lorsque nous ressentons la menace d’abandon, de négligence ou de rejet. Les mécanismes de défense habituels sont l’évitement, le détachement ou l’attaque. Une fois que nous commençons à percevoir nos propres mécanismes de défense comme une réaction en réponse à une menace, il devient possible d’identifier ce dont nous avons besoin. À partir d’une perspective évolutionniste, nos comportements défensifs servent à nous aider à faire en sorte que nos besoins de base soient répondus. Lorsque nous percevons de la négligence, nous pouvons avoir un besoin fondamental que notre partenaire nous démontre qu’il/elle est investi(e) dans la relation amoureuse en nous démontrant de l’affection ou en communiquant davantage ; par contraste, lorsque nous percevons une attaque, nous pouvons avoir besoin que notre partenaire adoucisse ou mette fin à sa position menaçante7. À partir de la perspective de la théorie de l’attachement, nous avons un besoin fondamental pour la proximité, et la détresse émotionnelle survient lorsque nous percevons que notre figure d’attachement est indisponible pour nous. En réponse à ce sentiment d’insécurité, nous pouvons soit protester ou éviter dans le but de nous protéger[3]. Développer une conscience de ces sentiments sous-jacents à vos mécanismes de défense vous aidera à comprendre ce qui semble menaçant à propos des comportements de votre partenaire, et à votre tour, ce que vous avez besoin de sa part pour vous sentir plus sécure et émotionnellement stable. En communiquant nos besoins plutôt que nos défenses, nous donnons l’opportunité à notre partenaire d’y répondre plutôt que de l’entraîner dans une position d’opposition. 

Faites des suppositions généreuses. 

Si vous êtes dans une relation amoureuse, vous pouvez assumer que votre partenaire se préoccupe de vous et qu’il/elle ne souhaite pas vous blesser. Le fait d’attribuer des motivations négatives à notre partenaire nous conditionne à rechercher des preuves de son manque de considération ou de son hostilité. Essayez plutôt de recadrer le comportement blessant de votre partenaire comme l’expression de sa propre souffrance. Cette technique de recadrement dévie automatiquement l’attention à l’extérieur de nous et se concentre sur les besoins de notre partenaire, ce qui mène vers l’empathie, la compréhension et la dissolution du conflit.

Lorsque les couples gèrent les conflits d’une manière saine, ils fonctionnent comme des partenaires d’équipe avec un but commun de se comprendre plutôt que d’être des adversaires. Ce n’est pas destructeur en soi de se chicaner; en fait, cela peut permettre d’évoluer et d’atteindre une connexion plus profonde. La chose importante à reconnaître, lorsque la communication est tombée dans un cercle vicieux d’attaque-défense, est de se concentrer sur la compréhension et l’expression de vos sentiments les plus vulnérables, de pratiquer l’empathie et de se mettre à la place de l’autre, ainsi que d’apprendre à écouter et être attentif aux besoins de votre partenaire.

 

[1] Gill, Debra S., Christensen, Andrew, & Fincham, Frank D. (September 01, 1999). Predicting marital satisfaction from behavior: Do all roads really lead to Rome?. Personal Relationships, 6, 3, 369-387.

[2] Sanford, K., & Wolfe, K. L. (June 01, 2013). What Married Couples Want From Each Other During Conflicts: An Investigation of Underlying Concerns. Journal of Social and Clinical Psychology, 32, 6, 674-699.

[3] Hazan, C., & Shaver, P. R. (January 01, 1994). Attachment as an Organizational Framework for Research on Close Relationships. Psychological Inquiry, 5, 1, 1.